Jean-Marc Willaroza


Aller au contenu

Episode 2

Ecriture > Series Animation > Il etait une fois la musique

" VOYAGE AU TIBET " (Deuxième épisode)


Le jour se lève sur Kakophonia et l'on aperçoit, dans le ciel, la lune et la terre où la nuit règne encore en maîtresse ; la lune commence son chemin décroissant ...

ARCADIA : (elle entre dans la salle à manger où ronfle Jadobi) : " Allez, Jadobi, il faut te réveiller à pré-sent ; la lune en est à son demi croissant ; il nous faut partir... "

JADOBI : (se réveillant et s'étirant en poussant des grognements) : " Han...J'étais en train de rêver que Klébomachin me tirait par les pieds et qu'il me faisait tomber dans la stratosphère ! Pouah... Berk... Hey, au fait, qu'est-ce-qu'on mange?? "

ARCADIA : " Nous mangerons en route ! Prépare-toi ! Vite ! Le temps presse ! "

JADOBI : "J'arrive ! J'arrive ! C'est pas vrai !! Cette femme-là ! Une vraie tornade !... "

Et Arcadia prend sa clé de sol en mains , récite quelques mots tout bas , saisit la main de Jadobi à moitié habillé et les voilà assis en un clin d'oeil sur le croissant de lune...

ARCADIA : "Et bien ! Nous y voilà Jadobi ! Prêt pour le Grand Voyage ?? "

JADOBI : "...Ben , j'ai un p'tit peu peur moi ; mais en même temps, quand faut y aller comme disait mon grand père..."

Arcadia retient son souffle ; Jadobi la regarde et fait exactement les mêmes gestes qu'elle ; puis elle se saisit une nouvelle fois de sa clé de sol et les voilà qui flottent dans les airs, évitant quelques météorites au passa-ge et traversant ainsi la stratosphère... Ils découvrent les étoiles qui filent dans le ciel accompagnées d'une
jolie musique inter-sidérale, les planètes bleues dont l'écho -comme des gouttes de pluie- se répercute dans la stratosphère... Ils arrivent enfin sur une grande plaine désertique toute maculée de blanc ; c'est le Tibet...

JADOBI : " Ouille, ouille, ouille ! Il fait frisquet ici ! J'ai les pieds morts de froid moi ! Et puis ça enfonce un maximum en plus... Et ben dis-don', j'aurais dû prendre une petite laine et ma couette moi...Mais qu'est-ce-que c'est que ça ? "

ARCADIA : " Ha ! Ha ! Ha ! "

JADOBI : " Ben qu'est-ce-qu'elle a à se gondoler comme ça ? C'est pourtant pas drôle d'être transformé en
glaçon !... Mais c'est quoi là, ce truc blanc partout ??..."

ARCADIA : " Mais ce n'est rien, c'est de la neige ; nous sommes dans une contrée très froide ; regarde cette montagne là bas , recouverte de neige et de glace, tu vois ? " (elle pointe son doigt vers un pic au sommet duquel se trouvent plusieurs espèces de pagodes)

JADOBI : " Oui... Ca alors !... Oh ! des petites maisons ! On dirait des légos... ces espèces de machins poin-tus... "

ARCADIA : " Ces machins pointus, comme tu dis, ce sont des monastéres où vivent des moines tibétains... Allons-y ! Nous y apprendrons sûrement quelque chose... "

JADOBI : " Hein ? Quoi ? Tu veux dire qu'on va grimper tout là-haut ? Maman ! Au secours !!..." (il fait mine de s'échapper mais Arcadia le rattrape au vol et ils partent à l'assaut du sommet... en fait ils ne mettent que quelques minutes à l'atteindre grâce aux pouvoirs d'Arcadia...

...Arrivés " tout là-haut ", ils pénètrent dans un monastère où plusieurs lamas sont en lévitation et ne sem-blent pas les avoir remarqués . On entend des clochettes tintinabuler et, peu à peu, ils sortent de leur tor-peur.

LE GRAND LAMA : " Bienvenue dans notre temple, Ô ! Etrangers ! Que nous vaut l'honneur de votre visite ?? "

JADOBI : (un peu apeuré par tout ce qui l'entoure) : " Oh ! On ne faisait que passer... "

ARCADIA : " Bonjour Vénérable Maître... En fait nous venons de très loin ; nous sommes à la recherche d'instruments de musique très particuliers et nous aurions aimé savoir si vous utilisiez les percussions appe-lées tams-tams dans vos cérémonies ?... "

LE GRAND LAMA : " Non, étrangère, nous n'utilisons que des clochettes, des cloches ou des gongs lors de nos séances car ce sont les seuls instruments qui nous permettent d'atteindre une méditation parfaite ; mais venez, je vais vous conduire dans notre temple et vous aurez tout loisir de voir et d'entendre les sons déli-cieux du voyage céleste...venez... "

Ils pénétrent alors dans une grande salle où des moines sont en train de prier ; les murs sont drapés d'étof-fes aux mille couleurs ; le Grand Lama se dirige vers un énorme gong et le fait résonner ; à ce moment pré-cis les cloches et les clochettes se mettent à tinter et des chants s'élèvent ... Ils assistent, ébahis, à un somp-teux concert de percussions . A la fin du concert Arcadia va trouver le Grand Lama :

ARCADIA : " Merci Grand Lama pour ce merveilleux concert ; nos oreilles résonnent encore du divin tinte-ment des clochettes. Mais nous voulons aussi entendre les autres percussions de la terre... Et si ce n'est pas trop vous demander Père Vénéré, pourriez-vous nous dire où nous serions à même de découvrir les tams- tams ?... "

Mais le Grand Lama ne semble pas avoir entendu car il entre en transe et se met à léviter : ses pieds se sou-lèvent lentement du sol et, l'air grave et les yeux mi-clos, dit à Arcadia dans un souffle:

LE GRAND LAMA : " Ô Arcadia ! Vaste est ta mission... Je vois beaucoup d'enfants de par le monde qui apprendront la musique grâce à toi !... " (Il se tait un moment, se concentre puis reprend) : " Tanzanie ; les tams-tams sont en Tanzanie ; beaucoup de dangers avant d'y arriver ; terre de Tanzanie, loin, très loin... " .

ARCADIA : " Merci Grand Lama, merci encore Monsieur... euh... Monsieur ??... "

LE GRAND LAMA : (semblant sortir d'un long sommeil, le Grand Lama repose les pieds sur terre, puis): "...Mon nom est Rimpoché, Kali Rimpoché... "

ARCADIA : " Merci encore Monsieur Rimpoché... Merci et au-revoir... Allez Jadobi, dis au-revoir... Mais où est-il encore passé celui-là ? Jadobi ! Jadobi !... "

LE GRAND LAMA : " Je crois que votre petit ami est resté au temple... "

Arcadia se dirige donc vers le temple en appelant Jadobi... Pas de réponse... Mais plus elle avance, plus elle
perçoit des cris sourds... Intriguée, elle se précipite à l'intérieur et découvre notre petit ami planant dans les
airs, vraisemblablement en lévitation... Il gigote de tous ses membres et appelle au-secours. Dans un coin de
la salle un moine se cache et rigole sous cape... On voit ses yeux qui brillent dans la pénombre...

ARCADIA : " Mais qu'est-ce-que tu fais là-haut Jadobi ? "

JADOBI : "...J'en sais rien... C'est un moine qui m'a dit de faire une prière et je me suis retrouvé comme ça !
Aide-moi Arcadia ! J'ai peur ! "

ARCADIA : " Ne crains rien Jadobi ! Je suis là ! C'est certainement Klébocydre qui a fait le coup ! "

Mais un nuage de fumée s'élève soudain pour retomber presqu'aussitôt, Klébocydre a déjà disparu !...Elle
entend alors un grand bruit derrière elle : c'est Jadobi qui atterrit sur le sol, les quatre fers en l'air...

JADOBI : " Ouille dis-don' ! J'ai mal aux fesses ! Si je le retrouve l'autre, j'lui fais manger sa tunique !! "

LE GRAND LAMA : (les attendant et tenant une charrette tirée par deux yacks) : "Ca y est ? Vous l'avez retrouvé ? "

ARCADIA : " Oui, merci ! Je vous souhaite à vous et à vos amis une paix céleste... Nous devons nous sau-
ver maintenant... "

JADOBI : (tirant le Grand Lama par la manche) : " Hey, Monsieur, c'est quoi ce truc pour flotter dans les airs ? "

LE GRAND LAMA : (baissant les yeux et sur un ton digne) : "La Sagesse, mon petit, la Sagesse... et aussi
la Méditation et la Musique... Adieu... Va maintenant... "

JADOBI : "...La Sagesse, la Sagesse... hum... J'ai encore du chemin à faire moi... Arcadia ! Arcadia ! At-tends-moi !!... "

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤





Copyright Jean-Marc Willaroza | contact@willaroza.com

Retourner au contenu | Retourner au menu