Jean-Marc Willaroza


Aller au contenu

Episode 3

Ecriture > Series Animation > Il etait une fois la musique

" LE SULTAN " (Troisième épisode)


Arcadia et Jadobi, après un long voyage, arrivent enfin à destination... Devant eux s'étend un vaste marché où grouille une foule bruyante et bigarrée... Au loin se dresse -majestueux- le château des mille et une nuits...

ARCADIA : "...Je crois que nous nous sommes trompés de direction ! Il n'y a pas de château en Tanzanie !... "

JADOBI : " Ah bon !... "

ARCADIA : " Allons quand même vers ce magnifique palais ; de la musique s'échappe des fenêtres... De toutes façons nous n'avons rien à perdre... Mais que vois-je ?? Cet homme là-bas... Ce doit être un Sultan... Et ces musi-ciens qui frappent sur des vases recouverts de peau et qui jouent du violon ! Et ces femmes qui dansent avec des clochettes à leurs poignets ! Allons découvrir tout cela... "

JADOBI : "A vos ordres, princesse ! " Et ils arrivent au palais et assistent au magnifique spectacle...

LE SULTAN : (d'un geste aux musiciens) : " Cessez, mes amis, cessez ! Tout cela m'ennuie ! J'aime le son des darboukas ; ces percussions sont profondes et entraînantes, mais qu'est-ce-que je m'ennuie !!... "

Un petit homme habillé en Turc et portant un turban de satin vert intrigue Arcadia ; celui-ci se penche vers le Sultan et lui susurre des mots à l'oreille...

LE SULTAN : (Désignant Arcadia et Jadobi) : " Gardes ! Saisissez-vous de ces espions ! "

ARCADIA : "...C'est encore un coup de Klébocydre et... " mais les gardes se saisissent d'eux sans ménagement et leurs attachent les mains derrière le dos...

ARCADIA : " Ca y est Jadobi ! Nous sommes prisonniers et je ne peux même pas attraper ma clé !... "

LE SULTAN : (se redressant sur son fauteuil et écarquillant les yeux) : " Mais qui est cette jeune-femme ? Qui est-elle et d'où vient-elle ? "

KLEBOCYDRE : " Elle est dangereuse, Votre Majesté ! Elle croit à l'amour et à toutes sortes de fadaises ! Et en plus... elle aime la musique par-dessus tout !... Je la hais !... "

LE SULTAN : "...Ah ! La musique ! L'amour ! " (à Klébocydre) : " Va-t'en, conseiller ! Je n'ai plus besoin de toi ! Et ne discute pas ! Ceci est un ordre ! "

KLEBOCYDRE : (penaud et pour lui-même) : " Un jour , je me vengerai !... "

LE SULTAN : (à Arcadia) : " Approchez Madame ou... Mademoiselle peut-être ? Je ne vous ferai aucun mal ! Approchez... "

ARCADIA : "Votre Altesse, laissez-moi repartir... je dois enseigner la musique à travers le monde et ma tâche est longue... Je dois aussi apprendre les instruments à mon fidèle ami Jadobi... "

LE SULTAN : "... Ma jolie princesse, ta voix est douce comme le miel et ta beauté est plus flamboyante que tous les diamants de mon royaume... Ne veux-tu pas être mon invitée d'honneur pour quelques temps...Ainsi que ton petit ami ? "

JADOBI : (pour lui-même) : " Je crois qu'elle a la cote avec le Sultan... "

ARCADIA : " Non, Votre Altesse, vous êtes trop aimable, votre spectacle était merveilleux mais je dois conti-nuer ma route car j'ai une mission à accomplir ; si vous me libérez, je vous promets de revenir au plus vite et de vous rapporter des tam-tams de Tanzanie... "

LE SULTAN : "... Bien que mon coeur saigne à l'idée de te voir partir, alors va là où est t'appelle ta destinée ; j'ai ta parole et je te fais confiance... Reviens-moi vite ma déesse ! Rapporte-moi ces fameux tam-tams et, dès ton retour, nous ferons une grande fête avec les musiciens de mon pays... Gardes ! Libérez la sur le champ !! " (les gardes obtempèrent en oubliant toutefois Jadobi...)

JADOBI : " Et moi alors ? J'existe pas ? La déesse, la princesse ? Et moi, j'suis le p'tit prince tout de même !... "
(et sur un geste du Sultan, Jadobi est libéré à son tour...)

LE SULTAN : " Adieu ma belle, et bon voyage... "

ARCADIA : "... Adieu mon prince... "

Arcadia et Jadobi quittent le palais mais Klébocydre les suit en catiminie ; Arcadia touche sa clé ; l'astronef se matérialise devant eux ; ils y sautent tous les deux en un éclair et les voilà partis dans les airs ; Klébocydre, en embuscade, n'a même pas eu le temps de dire ouf, que nos deux amis sont déjà hors d'atteinte...)

KLEBOCYDRE : (pestant et rouge de colère) : " Je me vengerai ! Oui un jour, je me vengerai !... "

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤




Copyright Jean-Marc Willaroza | contact@willaroza.com

Retourner au contenu | Retourner au menu